mardi 9 avril 2019

Les banquettes de posidonies

La posidonie (Posidonia oceanica) est une plante marine et non pas une algue comme le croient certains. On parle même de prairies sous-marines mieux connues sous le nom d'herbiers de posidonies.

Herbier de posidonies
Comme toutes les plantes, les posidonies renouvellent et perdent leurs feuilles, lesquelles se retrouvent au gré des flots sur les plages. Elles vivent entre un et trente mètres de profondeur et participent grandement à l'oxygénation de l'eau (1). 

Elles fleurissent en automne et produisent au printemps des fruits flottants appelés "olives de mer". Comme toutes les plantes à fleurs, elles possèdent des racines, ainsi qu'une tige rhizomateuse et des feuilles rubanées, disposées en touffes de 6 à 7 et mesurant jusqu'à un mètre de long.

Plage des Roches Brunes : posidonies mortes rejetées par la mer
Pour les amoureux de la mer et de la nature, la présence de posidonies est rassurante car leurs grandes prairies, sensibles à la pollution, sont d'excellents indicateurs sur la qualité de l'eau de baignade. En outre elles constituent des lieux de frayère et de nurserie abritant, y compris dans les mattes (2), beaucoup de petites créatures qui viennent s'y réfugier.

Les posidonies constituent également une source de nourriture importante pour certaines espèces herbivores tels que les échinodermes (oursins) et les poissons (saupes).

Plage de la Coudoulière : posidonies mortes rejetées par la mer
En fait ce que vous voyez, en arrivant sur les plages exposées aux vents et au large desquelles se trouvent des herbiers de posidonies, ne sont pas des amas d'algues mais les feuilles mortes des posidonies. 

Ces feuilles viennent s'échouer au grès des vagues et des courants pour former des tas parfois imposants appelées "banquettes". Ces banquettes sont généralement constituées de sable et graviers, de fragments de feuilles de posidonies mortes, de couleur brune, de rhizomes séchés et de pelotes de mer (3).

Rhizomes et aegagropiles
Certes, les feuilles de posidonies, une fois rejetées sur le rivages, se décomposent et dégagent sous la chaleur estivale des odeurs peu agréables... mais il faut admettre que ces fameuses banquettes permettent de lutter efficacement contre l'érosion des plages en bloquant le sable sous leur amas.

Vagues se brisant contre les banquettes de posidonies
Choix cornélien pour une commune balnéaire que celui de céder à la pression du lobby touristique ou celui d'adopter une attitude écologique préservant le littoral de l'érosion.

La municipalité de Six-fours a opté pour une solution intermédiaire : maintenir en basse saison des talus de posidonies pour limiter le pouvoir érosif de la largade (4) sur les plages, et en saison estivale ratisser la surface pour offrir aux estivants de belles plages de sable et de gravier fins.

Lieu de stockage des posidonies mortes le long de la corniche de la Coudoulière
Les posidonies mortes, récupérées, sont acheminées par camions-bennes dans des lieux de stockage et sont réutilisées en fin de saison estivale sur les lieux de prélèvement. Ainsi la boucle est bouclée. Un bon choix, avec une connotation à la fois écologique et touristique, censée satisfaire tous les habitués du bord de mer.

Plage de la Coudoulière nettoyée
Notes :
(1) Les posidonies libèrent environ 20 litres d'oxygène par jour et par m² d'herbier.
(2) Les mattes sont constituées par un enchevêtrement de couches de rhizomes, de racines et de sédiments colonisés par les posidonies.
(3) Ces pelotes de mer, de texture fibreuse, sont appelées "aegagropiles".
(4) La largade est un vent du large, très violent, en provenance du golfe du Lion.

Photos : RHP Collection