vendredi 12 février 2016

Platanes : élagage et maladies

Les platanes sont couramment utilisés comme arbres d'ornement et d'alignement le long des rues. En France c'est le platane commun, appelé aussi platane à feuilles d'érable (Platanus hispanica) qui prédomine, fruit de l'hybridation entre le platane d'Occident (Amérique du Nord) et le platane d'Orient (Asie de l'ouest).

L'élagage des platanes

Des travaux d’élagage ont été réalisés en janvier 2016, au moyen d'une nacelle, sur les alignements de platanes du domaine de la Coudoulière. Les arbres élagués étaient situés le long de l'avenue des Platanes et de celle du Lac, dans les emprises foncières des deux Luberon, celles des Jardins d'Azur, du Rouveau, du Verdon, des Morières, du Hameau du Lac et des Rivages de Coudoulière, et aussi dans la boucle intérieure du lac de l'anneau.  

Elagage des platanes au moyen d'une nacelle (Photo RHP Collection)
Dans le domaine de la Coudoulière, les travaux d'élagage ont une périodicité bisannuelle et sont programmés en période de repos végétatif tous les mois de janvier des années paires. Cette coupe a pour but de maintenir et rajeunir constamment le feuillage. Sous l’effet des tailles successives, l’extrémité des bras se renfle peu à peu selon une masse arrondie. Bien que cette taille paraisse artificielle, les arbres la supportent très bien dès lors que cette méthode a été adoptée dès le départ.

Les platanes étant des arbres à fort développement du houppier, la taille en tête de chat permet de contenir facilement des arbres adultes dans des espaces ou dans des hauteurs limitées. Les arbres traités de cette manière doivent être taillés tous les 2 à 3 ans, pour des raisons mécaniques afin d'éviter les risques de rupture des branches, et aussi pour des raisons sanitaires car les plaies doivent pouvoir se refermer rapidement.

Alignements de platanes fraîchement élagués (Photo RHP Collection)
La taille sur tête de chat est une ancienne technique d'élagage permettant de contenir le développement des arbres dans une forme architecturée. La tête de chat est donc l'excroissance à l'extrémité d'une branche résultant de tailles répétées des rejets au même endroit. Les bourrelets cicatriciels, fusionnant entre eux, font grossir cette tête pour former au fil du temps une masse ligneuse complexe.

Taille en têtes de chats (Photo RHP Collection)
Les arbres régulièrement entretenus avec ce type de taille stockent dans les têtes une grande proportion de réserves nutritives, principalement de l'amidon et du sucre.C'est la raison pour laquelle les jardiniers, lors de l'élagage, doivent agir avec précaution afin de ne jamais couper ou blesser une tête de chat. Dans le domaine de la Coudoulière ce sont environ 150 platanes qui ont été élagués en trois semaines.

Le broyeur SAELEN GS Tiger 25D remplissant une benne de copeaux  (Photo RHP Collection)
Les branches regroupées en fagots ont été passées au broyeur de végétaux mobile. Les déchets recyclés, évalués à 14 tonnes sous forme de copeaux, ont été acheminés dans une zone de stockage pour être transformés en compost. Ces travaux d'entretien des espaces verts (élagage, broyage et transport des déchets verts) ont nécessité l'emploi de six jardiniers, soit 630 heures de travail cumulées.

Stockage des déchets verts (Photo RHP Collection)
Indépendamment de l'élagage, les jardiniers inspectent les troncs et les branches maîtresses pour vérifier l'éventuelle présence de maladies cryptogamiques. Cette inspection se poursuit au printemps par une vérification foliaire afin de mettre en évidence la présence ou non d'oïdium ou du tigre du platane.

Les maladies du platane

Tigres du platane

Appelés aussi punaises réticulées du platane (Corythucha ciliata), ce sont des insecte hémiptères originaires de l'est des Etats-Unis et du Canada. Observés pour la première fois en Italie en 1964, ils se sont répandus depuis dans toute l'Europe centrale et méridionale. Ravageurs des platanes, ces insectes de 2 à 3 mm se nourrissent en piquant la face inférieure des feuilles qui se décolorent et finissent par tomber.

Feuille de platane infectée par les tigres du platane (Photos RHP Collection)
Le traitement biologique pour lutter contre le tigre du platane se fait en trois phases : une phase de pulvérisation de vers nématodes sur le tronc des platanes en début de printemps, suivi deux mois après de lâchers d'œufs de chrysopes (Chrysoperla carnea) sur les feuilles des arbres. En juillet, à nouveau pulvérisation de vers nématodes chargés d’éradiquer le nuisible en s’y infiltrant. A noter que cette lutte biologique efficace n’entraîne aucune nuisance pour l’homme.

Cicadelle pruineuse

Encore un autre insecte qui s'attaque aux feuilles des platanes : la cicadelle pruineuse (Metcalfa pruinosa), aussi appelée cicadelle blanche ou fausse cicadelle. Cet insecte piqueur-suceur originaire d'Amérique du Nord a été introduit accidentellement en Italie en 1979 et a rapidement colonisé le sud de la France.

Tige de platane infectée par les cicadelles blanches (Photos RHP Collection)
Se nourrissant de végétaux, cette cicadelle exsude un miellat qui attire divers hyménoptères dont les abeilles qui le transforment en miel. Une aubaine pour les apiculteurs car le miel de metcalfa est le seul à porter un nom d'insecte, mais un désastre pour les agriculteurs, car sur les dépôts de miellat se développe un champignon noirâtre, la fumagine

Concernant la lutte biologique contre la cicadelle pruineuse, il existe un insecte hyménoptère parasitoïde (Neodryinus typhlocybae), lui aussi originaire d'Amérique du Nord et prédateur naturel de cette cicadelle. En coordination avec l'INRA, cet insecte parasitoïde a été introduit dans notre département en 1999.

Oïdium

Les platanes atteint par l'oïdium voient leurs feuilles se recroqueviller sur elles-mêmes et prendre une teinte grisâtre avant de chuter. C'est la faute à un champignon de la famille des Erysiphacées (Microsphaera platani), assez fréquent chez certains végétaux. L'oïdium se caractérise par l'apparition d'une sorte de moisissure ou d'un léger duvet blanc sur les feuilles atteintes par cette maladie foliaire.

Oïdium sur feuilles de platanes (Photos du Net)
Originaire des États-Unis, ce champignon pathogène a été introduit en 1978 en Italie puis en France par la voie du littoral. Cette maladie affaiblit l'arbre mais ne met pas sa vie en danger.

Chancre coloré

Le chancre coloré est une maladie grave qui cause la mort chaque année de nombreux platanes. Le champignon responsable de cette maladie (Ceratocystis  platani) est classé parasite de lutte obligatoire ce qui signifie qu’il n’existe pas de moyen de lutte efficace. Il aurait été importé lors du débarquement de Provence de 1944, via les caisses de munitions américaines fabriquées à partir de platanes occidentaux contaminés.

Au niveau du tronc et des branches maîtresses, on observe des lésions qui correspondent aux zones de nécroses. La contamination se fait par l’intermédiaire d’une plaie sur le système aérien. Les colorations de ces plages sont de couleur bleues-violacées correspondant à une plage brune sous l'écorce.

Troncs de platanes atteints par le chancre coloré (Photos du Net)
Cette maladie incurable, qui touche uniquement les platanes, décime les arbres en bonne santé dans un intervalle de temps assez court (entre 3 et 7 ans). Il n’y a pas d’autre solution que d’abattre les arbres contaminés ainsi que leurs proches voisins sur un rayon de 30 mètres, selon des procédures sévères de désinfection, de transport et d’incinération. 

Dans la région PACA, ce sont 2000 platanes atteints de cette maladie qui sont abattus chaque année. Le meilleur moyen de lutter contre ce fléau est donc une surveillance régulière des platanes afin de déceler au plus vite les éventuels signes de contamination. En effet seul un diagnostic précoce permettra d’éviter une extension de la maladie à l’ensemble du patrimoine arboré.

Sources  :
Les sites Internet de "allo-olivier.com", "parcjardin.mairie-albi.fr", "coudouliere.fr", "l'Indépendant.fr" et "la depeche.fr".

5 commentaires:

  1. Je viens d'en apprendre beaucoup sur les platanes. Merci.
    Alain C. (Hameau du Lac)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article bien documenté.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour l'article. Seulement il n'y a pas de platane dans notre avenue et ces petites bêtes ont pourris notre été en terrasse.

    Comment, en tant que locataire, puis-je m'en débarrasser?

    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  4. La cicadelle pruineuse reste fixée sur la plante hôte. Le tigre du platane, plus léger, peut être emporté loin des platanes par temps de grand vent, et c'est sans doute ce qui est arrivé chez vous. Il semblerait que le traitement biologique effectué par les jardiniers n'ait pas obtenu l'effet escompté. En informer le directeur du domaine pour qu'il fasse appliquer strictement le processus d'éradication des tigres du platane.

    RépondreSupprimer